Est-ce que ça te dirait de GAGNER 1 BITCOIN ?


Introduction à la ligne de commandes et HTML

Droit au but

Même si je ne suis pas du tout un porteur de cocarde (si tu as la flemme de lire alors au moins écoute et fais écouter parce qu’en ce moment… ça ferait du bien à beaucoup d’y réfléchir), je dois reconnaître que la devise de l’OM me correspond bien, droit au but, allez l’OM ! (o + m = om c’est ce qui est écrit dans le cercle noir au dessus).

Donc, je disais est-ce que tu veux gagner 1 bitcoin ?

Tu m’excuses mais je vais répondre à ta place (en même temps tu réponds jamais quand je te pose des questions…) donc je vais dire que oui.

Alors c’est très simple (en principe) tout est expliqué dans cette newsletter du site repl.it juste clique et lis : https://replit-newsletter-51–katyadee.repl.co/?ref=newsletter

Il y a juste 2 conditions préalables :

  1. Savoir lire et écrire l’anglais de sorte à comprendre et être compris par des anglophones
  2. Savoir coder en Ruby… tu te souviens le langage que j’avais utilisé pour mon crypto-game et que je t’avais offert en BONUS de la formation GRATUITE http://bit.ly/cdbssr-free


Présentation de la formation CDBSSR (Comment Découvrir la Blockchain Sans Se Ruiner)

Du coup ça m’a remotivé pour faire une formation Ruby… mais ça on en parlera une autre fois.

Mais au fait est-ce que tu as compris comment Bitcoin fonctionne ?

Je suis le premier à parler de révolution technologique, et en un certain sens, vu le nombre de secteurs de la société qui vont être affectés… c’en est une !, mais techniquement parlant… pas vraiment.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, fondamentalement, Satoshi Nakamoto n’a pas inventé l’eau chaude comme dirait l’autre ou encore, Bitcoin est un ensemble de ruses agencées avec des bouts de ficelles.

Oui je sais on pourrait en sortir beaucoup des expressions toutes faîtes qui datent de Matusalem.

Tu te souviens des Babyloniens (ou Mésopotamiens, à vrai dire je sais jamais quelle est la différence), oui les gars qui squattaient les alentours de l’Irak actuelle, il paraît que c’était plus safe (sûr ou sécurisé en bon français) à l’époque de l’invention de l’écriture.

Ben ils avaient des registres ou livres de compte pour justement tenir les comptes de leurs transactions.

Comme on dit, les bons comptes font les bons amis ! Oui je sais je suis en mode proverbe à la papa aujourd’hui, Riga 6h32 du matin (et pas une goutte d’alcool dans le sang !)

Bref, imagine on se ramène à l’échelle de ton immeuble ou plutôt d’un immeuble imaginaire avec 5 étages donc 5 foyers différents.

Pour les besoin de la démonstration on va considérer que chacun des 5 foyers comportent 4 personnes en mode famille traditionnelle 1 papa, 1 maman et 2 enfants (désolé les LGBTQ+*^#ajouteTonSymboleFavori ce n’est pas de la discrimination juste de la simplification).

Revenons à nos moutons… oups à tes voisins.

Donc on a un immeuble avec 20 personnes (t’es au courant que 5 fois 4 ça fait 20 j’espère ?).

La sécurité par la décentralisation

 

Imagine que chaque fois que quelqu’un fait une transaction avec l’un des voisins il doive la faire à la vue de tous les voisins… enfin pas tout à fait, disons à la vue de la majorité des voisins c’est-à-dire donc au moins 51% donc dans notre cas 11 personnes (en fait 9 en dehors de toi et de celui avec qui tu fais la transaction).Si tous les voisins, ou du moins la majorité, est témoin de la transaction aucun des acteurs de la transaction ne pourra tricher.

Ainsi, sans autorité centrale, on a obtenu un système qui permet d’assurer la validité des transactions de façon sécurisée.

Tu pourrais me rétorquer que l’un des deux acteurs pourrait magouiller avec les autres voisins… sauf que personne en dehors des acteurs (qui sont donc ultra minoritaires) n’aurait intérêt à le faire.

Pourquoi ? Tout simplement à cause du principe de réciprocité !

Si je m’arrange avec d’autres personnes pour magouiller et en plus à la vue de tout le monde… il y a fort à parier qu’un beau jour d’autres personnes fassent de même contre moi donc je n’aurais pas intérêt à agir de la sorte.

Les paroles s’envolent, les écrits restent

Bouts de ficelles, d’accord, mais BEAUCOUP !

Minute papillon, ça n’est que le début.

Maintenant il faut consigner tout ça par écrit.

Ben oui, c’est bien beau de se mettre devant la place publique mais t’imagine bien que les gens n’ont pas que ça à faire de mémoriser tout ce qui se passe entre voisins.

Du coup lorsque Bob file du pognon à Alice (ou l’inverse je suis pas contre l’égalité des sexes) on va l’écrire dans notre registre et chacun des voisins aura sa propre copie du registre.

Est-ce que tu penses qu’il est possible de modifier la Bible ou le Coran ?

La réponse est NON pour la même raison, parce que ces livres sont décentralisés tous les croyants ont la même copie du livre donc si quelqu’un voulait falsifier le livre il faudrait qu’il se rende chez TOUS les croyants et qu’il falsifie leur livre (ou qu’il le remplace par le sien) enfin pas forcément TOUS mais au moins la MAJORITE c’est-à-dire au moins 51% des croyants.

Tu commences à comprendre le truc ?

Mais ça n’est pas suffisant pour notre ami Satoshi Nakamoto (l’inventeur du Bitcoin qui a prétendu être japonais… comme l’inventeur de Ruby, par contre lui on le connait pour de vrai !)

Hashtag ou hash ta gueule ?

Le mot hash est galvaudé, on le met à toutes les sauces hashtag au lieu de dièse (non parce que mot-dièse c’est ridicule), le hash c’est aussi le diminutif du haschich (la consommation de substance stupéfiante est interdit par la loi)… mais surtout, en cryptographie une fonction de hash c’est…

En fait je vais pas te le dire ici.

Mais je vais t’expliquer l’idée, c’est mieux.

Donc Bob a filé du pognon à Alice lundi, disons 50€.

Mais mardi Jack en a filé (du pognon pas des perles) à Daniels (non je ne suis pas alcoolique) mardi, disons 100€.

Mercredi Ben a filé 75€ à Jerry (désolé pour les références).

Jeudi, Manu est descendu filer 15€ à Mohamed pour la tarte aux fraises de sa mère.

Et ainsi de suite.

Notre registre contient des pages et 1 et 1 seule page par transaction.

Chaque page de transaction, un peu comme une page web, est constituée de 3 parties :

  1. L’entête (la tête quoi)
  2. Le corps (le corps quoi)
  3. Le pied (oui elle est unijambiste)

Dans l’entête est inscrit l’intégralité de la page précédente mais au écriture toute petite ce qui la rend illisible pour le commun des mortels (c’est un peu l’idée du hash).

Dans le corps ben on écrit la transaction : Bob a filé 50€ à Alice lundi 17 juin à 10h du matin.

Dans le pied on écrit le résumé de la page en cours mais en tout petit (c’est l’idée du hash).

Un temps et un nombre de transactions limités

Bon j’espère que tu as apprécié mes talents de super dessinateur… oui je sais j’ai raté ma vocation j’aurais dû être le nouveau Picasso mais Xantia est passée par là (la télé des années 90 a ravagé mon cerveau !)

Bref, comme si notre affaire n’était pas suffisamment sécurisée, notre ami Satoshi a encore rajouté une couche (je t’avais prévenu qu’il y avait BEAUCOUP de bouts de ficelle).

D’abord chaque page du registre (ledger en anglais) ne peut contenir qu’un nombre limité de transaction (le nombre exact on s’en fout parce qu’il varie selon les blockchain et c’est juste un débat d’expert aussi intéressant qu’une discussion byzantine…).

Ensuite le temps d’écriture est limité ce qui complique encore la tâche d’une éventuelle falsification.

En résumé, en 10 minutes maximum une page (un bloc) du livre doit être rédigée avec l’entête contenant le résumé de la page précédente (d’où la chaîne), le corps contenant les transactions (en nombre limité) et le pied contenant le résumé de l’intégralité de la page.

Allons à la mine

Dernière couche et pas des moindres, le minage.

Alors ici attention, si tu ne comprends rien… c’est presque normal et de toute façon cette partie là peut changer radicalement d’une blockchain à l’autre.

Ici, je décris, de façon ULTRA simplifiée (donc avec des erreurs) le fonctionnement de la blockchain Bitcoin (avec les mains… ou les pieds diront les mauvaises langues).

Il se trouve que la blockchain Bitcoin utilise le principe de la preuve de travail exécutée par les mineurs.

Si tu veux plus de détails va voir cette excellente vidéo que j’ai traduite : https://www.youtube.com/watch?v=bBC-nXj3Ng4&t=1s

Les mineurs sont des ordinateurs (aujourd’hui des gros hangars avec plein d’ordinateurs spécialisés pour ça) qui font plein de calculs pour vérifier l’état du réseau et qui sont récompensés pour ça avec des bitcoins.

C’est grâce à ces incitatifs qu’ils n’ont pas intérêt à tricher.

Ils reçoivent également une petite taxe de douane pour chaque transaction effectuée.

Brefons

Cette newsletter commence a être longue et de toute façon j’ai consacré une formation entière sur le sujet que tu peux te procurer en cliquant ici ça s’appelle CDBSSR Comment Découvrir la Blockchain Sans Se Ruiner(http://bit.ly/cdbssr-podia)


Comment Découvrir la Blockchain Sans Se Ruiner

Ici j’ai brièvement expliqué en gros le principe de la blockchain Bitcoin alors que dans la formation (qui contient plus de 85 vidéos) je décortique plus en détails en plusieurs étapes le fonctionnement de la blockchain Bitcoin mais aussi celui de la blockchain Ethereum et je t’explique également de nombreux cas d’usage ainsi que d’autres algorithmes de consensus (c’est la partie de la preuve de travail).

D’ailleurs je suis en train de préparer des BONUS (30 pour être précis) auxquels auront droit tous les membres de la formation (actuels ou futurs).

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, si ça t’a plus partage à tes amis sinon partage à tes ennemis.

La pub

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.